Un accès plus aisé à un médecin de famille?

Le 21 mars, on m’annonce que le guichet d’accès à un médecin de famille n’est plus administré par mon CLSC. D’ailleurs, mon CLSC n’existe plus, du moins officiellement. Avec la loi 20 du ministre Gaétan Barrette, il est devenu, depuis octobre 2015, un réseau local du Centre intégré de santé et de services sociaux(CISSS) de la Montérégie-Ouest.

Mais soyez rassurés, le réseau local situé au 10 rue King à Huntingdon continue toujours d’offrir de nombreux services à la population : soins infirmiers, service de prélèvement, vaccination, etc.

‘’ À partir d’avril 2016, ce sont les médecins qui choisiront leurs futurs patients, explique Chantal Huot, responsable des communications du CISSS Montérégie-Ouest. Ceux-ci choisiront leurs nouveaux patients directement auprès d’un système en ligne opéré par la Régie de l’assurance maladie du Québec. Toutes les inscriptions aux anciens guichets seront regroupées dans ce système et les personnes en recherche d’un médecin devront aussi s’inscrire en ligne.’’

Ce changement dans la façon de faire tiendrait à un taux d’assiduité qui ne correspondait pas à l’attente des médecins. On essaie ainsi, dit-on, de rapprocher le médecin de son patient et du territoire qu’il sert.

Le territoire du Haut-Saint-Laurent compte une population d’environ 22 000 personnes et est desservi par deux groupes de médecine familiale (GMF). Le Centre médical (GMF) de Huntingdon a présentement trois médecins à son service alors que le Centre médical  (GMF) de Ormstown en compte sept. Trois médecins œuvrent également au centre de service à Saint-Chysostome.

Des cliniques sans rendez-vous toutes clientèles sont aussi ouvertes dans les deux groupes de médecine familiale, à Huntingdon du lundi au samedi inclusivement et à  Ormstown, les lundis et mercredis. À  noter qu’il n’y a pas de clinique sans rendez-vous à Saint-Chrysostome.

On apprenait récemment que le poste de Commissaire à la santé et au bien-être a été aboli par le gouvernement libéral. Cet organisme avait pourtant pour mandat d’évaluer en toute indépendance l’efficacité et la pertinence des politiques et des programmes adoptés par le ministère de la Santé.

Denise St-Germain, correspondante bénévole du Haut-Saint-Laurent

 

 

image_print

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Montrez nous que vous êtes humain! *