Un candidat à la mairie qui veut garder Saint-Anicet sur ses rails

La course à la mairie de Saint-Anicet promet d’être chaude cet automne. Après l’ex-militaire Gino Moretti, c’est maintenant au tour d’André Picard, conseiller municipal depuis 10 ans, de poser sa candidature au poste de premier magistrat. «C’est le temps pour moi de relever le défi, affirme André Picard. J’ai une bonne connaissance des dossiers et mon engagement avec les groupes communautaires m’a permis d’être proche des citoyens et de connaître leurs besoins.»

Avant d’être conseiller municipal à Saint-Anicet, André Picard a été à l’emploi du Canadien National pendant exactement 33 ans et 11 mois. Il occupait le poste de mécanicien et de conducteur de locomotive de trains de marchandises. Son métier, qui l’a fait voyager inlassablement dans une bonne partie du Québec, constitue selon lui une bonne préparation au poste de maire. «Être chef de train demande de la vigilance, un jugement sûr et rapide ainsi qu’une bonne confiance en soi, précise le candidat car on doit assurer des déplacements efficaces et sécuritaires tant pour les marchandises que pour les personnes.»

Lorsqu’il a pris sa retraite en 2005, lui et son épouse Denise sont venus s’établir à Saint-Anicet. Denise est d’ailleurs fière de parler de son attachement pour ce bord de l’eau acquis par ses parents il y a une cinquantaine d’années. Maints souvenirs familiaux y sont rattachés, dit-elle. « Je me souviens qu’étant jeunes, on avait toujours hâte d’arriver à Saint-Anicet!»

Depuis qu’il a élu domicile à Saint-Anicet, André Picard s’est dévoué au sein de divers organismes, dont le Club Optimiste de Saint-Anicet, l’Âge d’Or de Cazaville et Les Amis de la Réserve du Lac Saint-François. Il occupe et a occupé différents postes de direction au sein de ces groupes au cours des dix dernières années. Son implications à la guignolée et au dépouillement du sapin de Noël pour les enfants n’est plus à démontrer. Pour lui, c’est essentiel de partager avec les plus démunis. L’homme a le cœur sur la main. Pendant l’hiver, il va même jusqu’à nourrir chaque semaine les oiseaux de la Réserve en remplissant leurs mangeoires…

Pour André Picard, la richesse de Saint-Anicet, c’est son lac, ses terres et ses citoyens. Sa philosophie de la chose publique est simple mais claire: «Il est important de ne jamais oublier que les élus sont toujours redevables aux citoyens lorsqu’ils occupent un poste au sein du conseil municipal. Se rassembler autour d’une table et discuter, c’est primordial. Toutefois, il faut quand même que ça bouge!»

Denise St-Germain, correspondante bénévole du Haut-Saint-Laurent

Lise Guinard, photographe

image_print

2 Réponses à "Un candidat à la mairie qui veut garder Saint-Anicet sur ses rails"

  1. Frigon Monique   30 juin 2017 at 14 h 24 min

    En tant que citoyenne, je suis confiante que M. Picard sera mener à bien son nouveau rôle, avec l’expérience qu’il a acquit après ses 10
    années comme conseiller, il a vraiment conscience de tout le fonctionnement et il a les connaissances requises pour bien définir les priorités nécessaire pour le bon fonctionnement de notre ville.

  2. Mario Chagnon   29 juin 2017 at 18 h 47 min

    Je crois que ça nous fera un très bon maire! Un homme très impliqué. J’ai bien confiance!