Un ex-militaire candidat à la mairie de Saint-Anicet

S’il n’en tient qu’à Giovanni Moretti, Saint-Anicet sera dirigé par un résidant qui n’habite la municipalité que depuis cinq ans. «Je poserai ma candidature au poste de maire de Saint-Anicet lors des élections municipales du 5 novembre », affirme l’ex-militaire, affichant l’enthousiasme d’un néophyte.

En 2012, après sa retraite de l’armée canadienne, Gino Moretti s’installe avec sa conjointe Carole Quenneville, dans la résidence patrimoniale de la famille de cette dernière. «Saint-Anicet, c’est mon paradis», se plaît-il à dire. Il devient pompier volontaire avec l’équipe du service d’incendie de la municipalité et capitaine des Premiers répondants. Puis, il participe activement à l’élaboration du plan d’urgence 2014-2024 de la municipalité.

Le sergent-major Giovanni Moretti a servi dans l’armée de terre durant 36 ans. Il est né à Montréal et s’enrôle en 1977. Il est successivement affecté à Petawawa, en Ontario puis à Valcartier et Saint-Hubert au Québec. En 1998, il suit un cours à la United States Army Sergeant Major Academy à Fort Bliss, au Texas. Il y obtient son diplôme avec distinction et enseigne ensuite dans l’armée de Sa Majesté le chef du Canada au cours des deux années suivantes.

En 2001, il poursuit des études d’instructeur au Collège royal de Kingston, puis est déployé en 2003 en Afghanistan. De 2003 à 2008, il travaillera ainsi à Kandahar au sein de la Force internationale d’assistance à la sécurité. Il fera ainsi le voyage une cinquantaine de fois entre l’Afghanistan et le Canada. 2008 le retrouve à Toronto, où il assumera le poste d’adjudant-chef auprès du Commandement de la force terrestre jusqu’à sa retraite en 2012.

Le candidat maire Moretti nous fait part de sa vision pour la municipalité. «Je veux travailler pour que le village devienne une force, dit-il. Il faut réévaluer les vrais besoins des citoyens et citoyennes tout en assurant de bons services, instaurer un climat de collaboration et un partenariat avec d’autres municipalités. La municipalité ne devrait pas être une carte de crédit sans limite.»

«Gino est un homme intense, passionné, dédié à 100% à ce qu’il fait, dit Carole, sa conjointe. Le bien-être des citoyens de Saint-Anicet, c’est ce qu’il a dans le cœur.»

Dans les semaines à venir, il pourrait bien y avoir d’autres candidats qui feront connaître leur intérêt pour le poste de maire de Saint-Anicet. C’est à suivre….

Denise St-Germain, correspondante bénévole du Haut-Saint-Laurent

Lise Guinard, photographe

image_print

2 Réponses à "Un ex-militaire candidat à la mairie de Saint-Anicet"

  1. johanne barry   6 juin 2017 at 19 h 20 min

    Je suis certaine que Gino ferait un excellent maire.

  2. mireille hart   6 juin 2017 at 9 h 19 min

    vas si Gino