Impossible de naviguer dans la rivière La Guerre

Une bonne soixantaine d’arbres obstruent l’écoulement de l’eau dans la rivière La Guerre sur une longueur de 14 kilomètres,  de l’ancien Village La Guerre jusqu’au chemin de Planches. Une situation qui oblige de pomper 2 à 3 fois plus de volume d’eau dans le lac Saint-François.

riviere-laguerre

Rappelons que l’article 28 du règlement de la MRC du Haut-Saint-Laurent  régissant les matières relatives à l’écoulement des eaux indique que chaque propriétaire riverain est responsable d’assurer qu’il n’y a pas de présence de matière qui nuit ou peut nuire à l’écoulement des eaux. Cela comprend les arbres tombés dans la rivière.

Après plusieurs échanges et discussions, le conseil municipal de Saint-Anicet est convenu le 7 novembre dernier d’envoyer une lettre aux 19 propriétaires riverains concernés, leur demandant de procéder à l’enlèvement des arbres morts dans la rivière ou sur le bord de la rivière. Ces derniers ont jusqu’au 1er février 2017 pour effectuer les travaux. Si le travail n’est pas fait à cette date, la municipalité fera le travail aux frais des propriétaires.

arbres-dans-la-riviere-laguerre

Sylvain Gascon, un des propriétaires riverains, relevait lors d’une soirée d’information en septembre dernier l’ambiguïté de la situation : «on est encouragé à planter des arbres et des arbustes sur le bord du cours d’eau et on se retrouve après quelques années avec un envahissement d’érables à Giguère alors que le ministère de l’Agriculture ne finance pas la coupe des arbres.

À cette occasion, Richard Laurence, président de l’Association de la Sauvegarde du Lac St-François, a tenu à remercier le Club agro-environnemental  du Bassin de la Rivière La Guerre pour sa collaboration.  D’autres intervenants ont mentionné qu’un reprofilage de la rivière La Guerre s’avère de plus en plus nécessaire car la prolifération des plantes aquatiques dans la rivière est devenue tout autant un problème pour l’écoulement des eaux que les arbres morts.

riviere-la-guerre

On se rappellera qu’en 2006, un nettoyage des sédiments de la rivière La Guerre avait coûté 200 000 $, payé à même le fond général de la municipalité de Saint-Anicet.  Ces travaux avaient eu l’avantage de réduire de 50% les pompages dans le lac Saint-François et contribuer à faire transiter une partie de l’eau vers la rivière Saint-Louis.

Il semble bien cette fois que la majorité des propriétaires riverains sont d’accord pour procéder eux-mêmes à l’enlèvement des arbres dans la rivière. Ils ont la machinerie pour le faire. Un beau geste collectif!

Denise St-Germain, correspondante bénévole du Haut-Saint-Laurent

Photos : Association de la Sauvegarde du lac Saint-François.

station-de-pompage