Les jeunes, stressés par la réussite scolaire?

Imaginez… Vous êtes un élève de cinquième secondaire, quelques semaines avant la fin des classes. Le retour du beau temps vous émoustille mais quelque chose vous tracasse : deux examens du ministère de l’Éducation vous attendent, sans parler de ceux de vos classes habituelles.  Angoissé intérieurement, vous essayez malgré tout de concilier études, activités parascolaires, famille, amis – parfois même petit ami – et emploi étudiant, tout en tentant de maintenir un mode de vie raisonnablement sain. Vous êtes donc mûrs pour une bonne crise de stress.

Les jeunes, stressés par la réussite scolaire ?

C’est souvent à cette période de l’année que le stress fait ses plus grands ravages. Bien sûr, il fait partie de notre vie quotidienne depuis notre tendre enfance, sans nécessairement avoir des effets négatifs. Où en serions-nous aujourd’hui si la crainte de se faire gronder par nos parents ne nous avait poussés à donner le meilleur de nous-mêmes?

Néanmoins, le stress empoisonne particulièrement la vie des étudiants tout au long de leur parcours académique, et même tout au long de leur vie. En dépit du  fait que le stress soit vécu d’une forme qui diffère d’un individu à un autre, celui-ci est un phénomène particulièrement intéressant que nous essaierons ici d’apprivoiser.

Première constatation, le stress est généralement imposé par les étudiants eux-mêmes. « Mes parents mettent un peu de pression sur moi pour que je réussisse, mais, à vrai dire, le gros du stress que je ressens vient de moi, dit une élève de cinquième secondaire de l’école Arthur-Pigeon de Huntingdon. Ils me font confiance, car j’ai de bonnes notes.»

Malgré le fait que parents et enseignants peuvent aussi être une source de stress,  beaucoup d’élèves ont tendance à s’imposer eux-mêmes leurs propres critères de réussite. Bien que certains perçoivent l’avenir comme une sorte d’aventure excitante, d’autres confient éprouver un léger pincement au cœur à l’idée d’avancer dans l’inconnu du futur : «C’est comme une brume constante, explique un élève de secondaire cinq. Je suis à la fois excité de passer à une autre étape de mon cheminement scolaire mais je vous avoue que ça me fait un peu peur.»

Certains vont même jusqu’à se trouver un job pour… combattre leur stress. «Mon emploi m’aide à diminuer mon stress, dit une élève qui travaille dans un cinéma. Il me fait penser à autre chose et me fait sortir de ma routine de cours et de travaux scolaires.» Ce n’est pas le cas de tous. «Mon travail occupe une trop grande place dans mon horaire, ce qui m’oblige à négliger mes tâches scolaires, ajoute une finissante d’Arthur-Pigeon. J’ai peut-être un problème de gestion de temps et d’organisation…»

adult-18598_1280

«L’organisation, c’est la clé!», s’exclame justement une enseignante de sciences, qui dit côtoyer chaque jour des jeunes qui éprouvent du stress. Pour elle, tout est clair: «La meilleure façon de vaincre le stress, c’est encore de faire ses devoirs, de réaliser ses projets à l’avance et de prévoir du temps pour étudier. En un mot, savoir gérer son temps!»

Alice Choinière, élève de l’école secondaire Arthur-Pigeon de Huntingdon

image_print