Louise Lebrun, une préfète passionnée

Louise Lebrun, la nouvelle préfète de la MRC du Haut-Saint-Laurent, est une boule d’énergie dont l’implication sociale est exceptionnelle. Non satisfaite d’occuper à temps plein – un bon 35 heures par semaine – le poste de directrice du Centre d’action bénévole de Beauharnois depuis 21 ans,  elle est aussi mairesse de Sainte-Barbe, en plus d’être mère et grand-mère!

Louise Lebrun photo

Ses journées de travail sont longues et bien remplies. Elles débutent souvent à 7 h 30 pour se terminer aux alentours de 21 h, notamment lors de la rencontre publique mensuelle des 13 maires de la MRC. Journée intense alors, car il faut analyser et prendre des décisions quant à la trentaine de sujets à l’ordre du jour. Un exercice pas toujours facile puisqu’il faut s’entendre avec pas moins de 12 autres collègues…

Son sens de l’humour l’aide à  aplanir les éventuelles tensions. Fait-elle un lapsus? Elle éclate alors d’un rire franc, ce qui détend l’atmosphère. Son sens de la répartie est proverbial. Chose certaine, elle est totalement présente à tout ce qu’elle fait et possède bien ses dossiers. Comme quoi l’humour n’est pas un obstacle à la compétence.

Arrivée à Sainte-Barbe à l’âge de 2 ans, elle y réside depuis 57 ans. En deuxième année du primaire, l’enseignante de l’école du village faisait déjà la remarque à sa mère que sa fille était certes une très bonne élève mais qu’il n’y avait qu’un petit problème : « c’est Louise qui mène»…  Encore enfant, son leadership ne faisait aucun doute!  Pas étonnant qu’elle ait été  en tête de toutes les organisations à l’école Arthur-Pigeon et capitaine de maintes équipes sportives. Elle se marie à 19 ans et file le parfait bonheur avec son conjoint de toujours.

En tant que parent, Louise Lebrun sera à tour de rôle présidente du comité d’école, commissaire à la Commission scolaire de Huntingdon et, après la fusion, élue à l’unanimité à  la présidence de la Commission scolaire de la Vallée-des-Tisserands de 1998 jusqu’en 2003. Elle y siègera comme simple commissaire jusqu’en 2007.

Grand revirement le 1er juin de cette même année. Louise et son mari Mario Galipeau entreprennent une petite randonnée à vélo de 4 200 km, qui les mène de Sainte-Barbe jusqu’à Key West, à l’extrême sud de la Floride. L’aventure a duré 35 jours. Pour Louise, c’est l’exploit de sa vie.

En 2009, un tout nouveau défi l’attend, la mairie de Sainte-Barbe. Elle devient mairesse en promettant un aqueduc et un système d’égouts, un projet de 32 millions $ pour une municipalité de 1 450 habitants. Promesse réalisée en 2013, avec 25 millions en subventions obtenues. Elle est réélue.

Suite à l’annonce de l’ex-préfet Alain Castagner de se retirer en novembre 2015,  Louise Lebrun s’autorise à briguer le poste de préfète. Après une lutte serrée entre elle et André Brunette, l’actuel maire de Huntingdon, elle gagne finalement l’appui de la majorité de ses collègues maires et est élue préfète pour deux ans. Faut dire qu’elle y était bien préparée puisqu’elle  occupait déjà le poste de vice-préfète.

 

Ses responsabilités sont à la hauteur des enjeux d’une MRC de 22 000 habitants qui administre un budget de 5 500 000 $ et compte une vingtaine  d’employés. La MRC est financée en partie par les quotes-parts versées par les 13 municipalités, soit 2 265 000 $. Le reste vient de la Cour municipale et de diverses subventions.  Les principales responsabilités de la MRC sont l’urbanisme, les cours d’eau, la gestion des matières résiduelles, le transport adapté, la culture et la sécurité publique.

«On a beaucoup à offrir, dit Louise Lebrun, qui se définit comme une passionnée authentique qui sait où elle s’en va. Il faut croire en notre région, la faire connaître et développer un sentiment d’appartenance. C’est justement ce que je m’emploie à faire!»

 

Denise St-Germain, correspondante bénévole du Haut-Saint-Laurent.

Lise Guinard, photographe.

 

image_print

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Montrez nous que vous êtes humain! *