Mais où est donc le nouveau garage municipal de Saint-Anicet?

Le voyage en vaut la peine.  En empruntant la route 132, un peu à l’ouest de Cazaville,  on peut voir un panneau sur la gauche indiquant « Voirie municipale de Saint-Anicet ». Il faut prendre ce chemin perpendiculaire pour apercevoir au loin un imposant bâtiment tout neuf, en plein territoire agricole.  Le voilà enfin, notre garage avec ses sept grandes portes coulissantes.

DSC03488

L’endroit est certes isolé mais l’accueil chaleureux de Diego Pulido, le directeur des Travaux publics, nous rassure. En poste depuis 6 mois, il est très fier des lieux et de ‘’ ses ’’ installations. Il a bien raison, le nouveau garage est en effet spacieux et moderne, équipé notamment d’une grue, de douze caméras de surveillance et d’un système de contrôle de la qualité de l’air.

L’espace intérieur est vaste et haut, une passerelle y a même été aménagée afin d’avoir une vue d’ensemble sur ses deux divisions.  Un côté pour les trois charrues et l’autre pour les camions à ordures et autres véhicules. Le garage compte aussi une chambre de peinture, une salle de conférence qui sert de salle à manger pour les employés et un bureau pour le directeur. Six employés y travaillent à temps plein pendant l’hiver et, durant la saison estivale, les effectifs peuvent doubler. L’entretien de tous les véhicules de la municipalité de Saint-Anicet est bien entendu fait sur place.

Ce bijou de garage est situé sur un vaste terrain qui appartenait à la municipalité depuis plusieurs années. Sur le même terrain s’élève une vieille bâtisse surnommée « le grenier », qui abrite sable et abrasifs ainsi qu’une tractopelle.

La construction de ce nouveau garage a été complétée en novembre 2014 et a coûté près de 1 800 000 $, dont les deux tiers ont été défrayés par Québec et Ottawa.

Lors de la réunion publique du conseil municipal du 1er février, le maire Alain Castagner a mentionné qu’une inauguration officielle du garage est prévue pour le printemps 2016 et que la population sera alors conviée à visiter les lieux.

 

Denise St-Germain, correspondante bénévole du Haut-Saint-Laurent

Photo de Lise Guinard

 

 

 

 

 

image_print

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Montrez nous que vous êtes humain! *