La vieillesse n’est pas un naufrage dans le Haut-Saint-Laurent

Si la vieillesse est un naufrage, comme disait Chateaubriand, les personnes âgées ne sont pas des épaves. En tout cas, pas dans le Haut-Saint-Laurent où, depuis 20 ans, le Projet Communic-action fait des pieds et des mains pour que les personnes âgées de plus de 65 ans, en perte d’autonomie et qui vivent toujours à la maison, puissent mener une vie agréable.

DSC04723

« Changer une ampoule est parfois problématique pour une personne qui doit se déplacer à l’aide d’une marchette, explique Françoise Mainville, à la tête de l’organisme depuis 16 ans. L’entretien de la maison, les mets à préparer, la tonte du gazon, le déneigement, les commissions à faire sont souvent un gros fardeau pour des personnes en perte d’autonomie, surtout lorsqu’elles sont seules et que les membres de leur famille demeurent au loin.»

Grâce à l’empathie d’un groupe de 93 bénévoles triés sur le volet, le Projet Communic-action leur offre une foule de petits services qui possèdent l’avantage de maintenir et d’améliorer leur qualité de vie, tout en leur permettant de demeurer dans leur maison ou appartement le plus longtemps possible. Cela va du simple accompagnement pour aller prendre une marche ou faire des courses à des réparations mineures, à des visites à domicile, à du voiturage pour participer à des activités locales, etc. Le but est de briser l’isolement des personnes âgées qui vivent seules tout en leur donnant l’occasion d’utiliser leurs habiletés et compétences.

Cela commence chaque matin avec Le Bonjour matinal, qui rejoint certains via le téléphone. «On parle à nos gens, on s’informe d’eux et on les connaît bien, dit Françoise Mainville, qui peut aussi compter sur l’aide de deux adjointes, Debbie et Lynn, pour l’épauler dans sa tâche. Comme ça, on peut mieux les aider ! »

Des bénévoles visitent aussi chaque semaine 137 personnes domiciliées dans huit municipalités du Haut-Saint-Laurent, soit Huntingdon, Hinchinbrooke, Godmanchester, Dundee, Elgin, Saint-Anicet , Sainte-Barbe et Ormstown. Chacun donne en moyenne quatre heures de son temps par semaine, recevant un gros 42 cents du km parcouru. Ces bénévoles – surtout des femmes – participent en plus régulièrement à des formations afin d’améliorer leurs connaissances théoriques et pratiques. Deux fois l’an, un dîner de reconnaissance leur est offert en guise de remerciement.

«Comme nous connaissons bien nos bénéficiaires, nous les mettons aussi en contact avec les différents services auxquels ils ont droit, ajoute la directrice. Nous les référons ainsi à la Popotte roulante, à l’aide au ménage, au transport adapté, à l’entretien, etc. Nous ne dédoublons pas les services, nous ne sommes en compétition avec personne. À Projet Communic-action, nous sommes d’abord au service des besoins des personnes âgées en perte d’autonomie! »

Ce n’est pas Rosariette, 82 ans et veuve de son état, qui dira le contraire. « Je suis très reconnaissante à Ginette, ‘’ma’’ bénévole, qui me rend visite chaque semaine depuis deux ans », dit cette passionnée d’opéra qui a eu la grande tristesse de perdre son fils unique, il y a 3 ans. Ni non plus cet ancien combattant de 99 ans qui se souvient avoir rencontré Winston Churchill durant la Seconde Guerre mondiale alors qu’il était cantonné en Angleterre. Ni cet autre, ‘’enfant de Duplessis’’ comme il se plaît à dire, et qui affirme qu’il a alors été bien traité dans l’orphelinat où il vivait en compagnie de ses « 200 frères et sœurs »…

old-people-616718_640

Organisme sans but lucratif, Projet communic-Action dépend entièrement de subventions et de dons pour assurer sa mission. Les gens qui voudraient lui donner un coup de pouce sont invités à participer à un bingo le 8 septembre à 19 h à la Salle Saint-Joseph, 13 rue York à Huntingdon.

Denise St-Germain, correspondante bénévole du Haut-Saint-Laurent.

Photo :  Lise Guinard

 

image_print