Les coffres sont vides à la MRC du Haut-Saint-Laurent

«Qu’est-ce que je fais? Je n’ai pas d’argent pour payer les factures de décembre» s’est exclamé François Landreville, le directeur général de la MRC du Haut-Saint-Laurent lors de la réunion publique du 17 janvier alors que les maires venaient – à l’unanimité – de refuser la proposition de porter la marge de crédit de la MRC à 2 millions de dollars.

C’est que la MRC du Haut-Saint-Laurent accuse un déficit d’opération de 1 078 000$ sur un budget de 6 millions$ pour les seules années 2016 et 2017. Ce déficit ampute largement la marge de crédit actuelle de 1 500 000$, marge de crédit qui, dans les faits, sert surtout à financer le déficit. Le directeur général a tenu à souligner l’avantage que représentait le faible taux préférentiel de la marge de crédit, présentement de 3,2%. Le déficit est dû en partie aux frais d’expropriation du site Droulers et au service de Taxibus.

Les maires ont décidé d’envoyer une demande pour une prolongation du dépôt du budget 2018 au ministère des Affaires municipales, de même que de tenir une rencontre le 22 janvier avec les conseillers d’une firme comptable pour revoir le budget.

Concernant le service du Taxibus, le maire d’Ormstown, Jacques Lapierre, s’est dit très inquiet du déficit récurrent de ce service et a demandé à revoir le contrat avec les intéressés. Pour cette raison, il s’est opposé au paiement des factures du 1er au 17 janvier 2018 de la MRC. Deux autres maires, soit André Brunette de Huntingdon et Gilles Dagenais de Saint-Chrysostome, ont aussi fait savoir leur opposition. Toutefois, la proposition de payer les factures a finalement été appuyée par les 9 autres maires.

«Il n’y a pas de doute, c’est un changement de culture qui s’annonce en 2018 à la MRC du Haut-Saint-Laurent», a philosophé Louise Lebrun, la préfète. L’ensemble des maires se sont finalement dits d’accord pour instaurer une nouvelle procédure concernant le contrôle des dépenses de la MRC. Dorénavant, l’administration devra présenter des factures séparées pour les frais de déplacements et ces frais devront être autorisés au préalable par des représentants du Conseil des maires.

À l’item varia de l’ordre du jour de l’assemblée, la proposition de créer un nouvel emploi en développement social dans le contexte du projet Horizon a été refusée unanimement par les maires. La mairesse de Très-Saint-Sacrement, Agnès McKell, a toutefois proposé de voir à l’interne si un employé ne pourrait éventuellement prendre la responsabilité de ce projet dont la réalisation pourrait avoir des retombées économiques intéressantes pour la MRC et ses citoyens.

Une séance à huit clos des maires a suivi la clôture de l’assemblée publique.

Denise St-Germain, correspondante bénévole du Haut-Saint-Laurent

Une Réponse à "Les coffres sont vides à la MRC du Haut-Saint-Laurent"

  1. Rémi Pelletier   22 janvier 2018 at 8 h 34 min

    Merci pour la précieuse information!

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.