Nouvelles

La MRC du Haut-Saint-Laurent retombe doucement sur ses pattes

En ce morne matin du 28 novembre, on pouvait sentir un brin d’optimisme en entrant dans la salle du conseil des maires de la MRC du Haut-Saint-Laurent, au dernier étage de l’immeuble Château à Huntingdon. On avait même déplacé la belle grande table en chêne pour y servir café et muffins. C’est que l’occasion était singulière: la MRC s’apprêtait en effet à déposer ses prévisions budgétaires pour l’année 2019 avec, à la carte, un léger surplus.

Laurent Lampron, le directeur-général de la MRC, a d’abord fait état des choix difficiles que les 13 maires ont dû faire en 2018 afin de redresser les finances calamiteuses de l’organisme supra-municipal: licenciement de 4 employés afin de réduire la masse salariale, doublement des tarifs du taxi-bus, dissolution du CLD, coupure du poste en archéologie…

«Il fallait sauver le bateau», d’expliquer succinctement la préfète Louise Lebrun, également mairesse de Sainte-Barbe. Il semble bien qu’on soit parvenu à maintenir le navire à flot puisque la MRC devrait terminer l’année 2018 avec un surplus de près de 180 000$ dans ses opérations, selon le directeur-général. Mais attention! Le déficit accumulé pendant les années précédentes – exactement 1 373 000 $ – est toujours là, lui.

Pour le réduire, les maires se sont mis d’accord pour augmenter de 5 % la quote-part de chacune de leurs municipalités, ce qui équivaut à une somme totale annuelle d’environ 129 000$. Puis de continuer à financer le déficit à même la marge de crédit de la MRC, laquelle jouit d’un taux d’intérêt de 2,7%.

Les 13 municipalités qui composent la MRC du Haut-Saint-Laurent assurent la majorité du financement de l’administration de celle-ci. Le budget 2019 prévoit que le total des quotes-parts des municipalités atteindra 2 582 000$, somme à laquelle viendra s’ajouter une subvention de 933 146$ du Fonds du développement des territoires du gouvernement du Québec. Toutefois cette subvention ne doit servir qu’à des projets bien définis et ne peut être consacrée au remboursement du déficit.

La MRC du Haut-Saint-Laurent est également mandatée par les municipalités pour gérer les matières résiduelles, l’évaluation foncière, les cours d’eau et les forêts ainsi que la sécurité publique et la sécurité incendie. La plupart de ces services sont toutefois facturés aux municipalités participantes.

Finalement, la MRC prévoit dans son budget 2019 un surplus de 20 000$.

Avec, comme épée de Damoclès, une interdiction formelle de faire tout nouveau déficit, maires et mairesses auront certainement d’autres choix pénibles à faire au cours des années qui viennent. Car, à ce rythme, le remboursement du déficit accumulé pourrait s’échelonner sur une quinzaine d’années et empêcher le financement de tout nouveau projet, au risque de mécontenter plusieurs de leurs commettants.

Denise St-Germain, correspondante bénévole du Haut-Saint-Laurent.

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.