Le couperet tombe à la MRC du Haut-Saint-Laurent

Confrontés à un déficit estimé à 1,3 million de $ fin 2017, les 13 maires siégeant au Conseil de la MRC du Haut-Saint-Laurent ont annoncé mercredi une série de mesures ayant pour but de rétablir l’équilibre budgétaire sans pénaliser la population.

«Des décision difficiles mais nécessaires, a déclaré la préfète Louise Lebrun, révélant notamment que la MRC abolissait les postes de cinq de ses 21 employés, suspendait le financement des fouilles archéologiques prévues aux environs du site Droulers et augmentait de 100% la grille tarifaire du Taxibus. Grâce à ces actions et ces décisions, nous pouvons affirmer que nous serons sur la voie de l’équilibre financier dès le 1er juillet prochain.»

Bonne nouvelle pour les contribuables, cependant: la quote-part versée par chacune des 13 municipalités à la MRC – contribution prélevée à même les taxes foncières – demeurera la même. En clair, les contribuables n’ont pas à craindre une augmentation de leurs taxes foncières afin de rembourser le déficit accumulé depuis 2014 par la MRC. Celle-ci déposera au début de juillet une demande de consolidation de dettes auprès du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, une procédure spéciale qui aurait reçu l’aval de la direction de la Montérégie du Mamot. «La dette consolidée sera remboursée sur une période de 10 ans à partir de l’automne prochain», a expliqué à un citoyen le maire d’Ormstown Jacques Lapierre. Il a toutefois refusé d’estimer la hauteur du manque à gagner pour les six premiers mois de 2018, lequel s’ajoutera au déficit encouru au 31 décembre dernier.

À elles seules, les coupures de postes à la MRC( à la direction générale, à l’aménagement du territoire, en archéologie, à la culture et au niveau du schéma d’incendie) permettront des économies annuelles récurrentes de 400 000$ sur la masse salariale. Des économies substantielles seront aussi réalisées dans le financement des opérations du Taxibus, qui a effectué 15 800 déplacements en 2017 et dont le déficit accumulé représente à lui seul près du tiers du déficit total de la MRC, soit 430 000$. «Le montant de base par déplacement passera de 2$ à 3,45$ au début de juillet, a dit la préfète et maire de Sainte-Barbe, ajoutant qu’une révision complète de ce service était en cours quant aux critères d’éligibilité(études, travail, divertissement, magasinage…). Nous aurons certainement d’autres développements à annoncer d’ici au 1er juillet.»

Les élus – et la préfète en tête – sont également convenus de faire une pause de quelques années quant au financement des fouilles archéologiques dans le secteur de Saint-Anicet. «Cette décision permet de résorber le déficit en cette matière, qui représentait 34,5% du déficit total accumulé à la fin de l’année dernière, a expliqué Louise Lebrun. Mais nous tenons à souligner que les activités d’animation se poursuivront au Centre d’interprétation du site Droulers.»

La Cour municipale commune, dont le déficit qualifié de circonstanciel était de quelque 125 000$ en 2017, échappe toutefois au couperet. Même chose pour le Centre local de développement, les élus devant évaluer prochainement l’organisme afin de statuer sur sa possible intégration à la MRC ou le maintien de son autonomie.

André Lachance

Les correspondants bénévoles du Haut-Saint-Laurent

Photo Jacques Leblanc

4 Réponses à "Le couperet tombe à la MRC du Haut-Saint-Laurent"

  1. CISA Droulers/Tsiionhiakwatha   11 mai 2018 at 20 h 16 min

    oui c’est vrai André, mais c’est seulement pour que les gens comprennent bien car il y’a eu beaucoup de malentendus et de confusion

    Répondre
  2. andre   11 mai 2018 at 17 h 46 min

    Le texte ne dit pas le contraire mais néanmoins merci pour la précision… AL

    Répondre
  3. CISA Droulers/Tsiionhiakwatha   11 mai 2018 at 15 h 40 min

    petite nuance apportée ici: le terrain où est situé le Centre d’interprétation du site Droulers appartient à la MRC, mais non le centre lui-même, qui est la propriété d’une corporation à but non-lucratif indépendante qui loue le terrain.

    Répondre
    • andre   11 mai 2018 at 17 h 48 min

      Le texte ne dit pas le contraire mais néanmoins merci pour la précision… AL

      Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.