Nouvelles

Un beau pas vers l’autosuffisance à Saint-Anicet

En 2018, la micro-ferme Retour Aux Sources est plus que fonctionnelle. Poules et alpagas font bon voisinage. On pense même à y ajouter des chèvres.La dizaine de caissons de jardin bien alignés suggère que la récolte de légumes a été abondante cette année et les congélateurs sont déjà bien garnis.

C’est en 2012 que Sylvie et Serge ont réalisé leur rêve de s’auto-suffire le plus possible par l’acquisition d’une propriété de 10 acres – avec maison centenaire de type géorgien – en périphérie de Saint-Anicet dans la vallée du Haut-Saint-Laurent.

Il a vite fallu réaliser que tout leur temps libre passerait d’abord à rénover cette maison qui en avait vraiment besoin, pour ensuite abattre des arbres pour faire place au potager et bâtir parcs et abris pour y mettre les animaux. Les nouveaux propriétaires ont même recyclé le bois d’une vieille grange afin de construire un beau pavillon.

«Je ne vis pas comme ma grand-mère, affirme Sylvie Racette. Je suis dans la modernité mais j’ai beaucoup appris à son contact, surtout les étés de mon enfance passés avec elle sur sa ferme dans le Bas-du-fleuve.»

À l’âge de 15 ans, celle-ci a vécu un véritable choc culturel à la suite de sa participation à un échange d’étudiants avec la Bolivie. « J’ai alors vécu toute l’année scolaire dans une famille bolivienne, explique-t-elle. La Bolivie est l’un des pays les plus pauvres au monde. Pour la jeune bourgeoise que j’étais alors, cela ressemblait presque à de la survie.»

Pour cette détentrice d’un bac en théologie, sa nouvelle vie est d’autant gratifiante qu’elle est axée sur le partage d’un certain savoir-faire. Pour ceux et celles qui désirent tendre vers l’autosuffisance, Sylvie Racette offre en effet des conférences et des ateliers pour apprendre à faire son pain, fabriquer son savon et ses produits de nettoyage, tricoter des bas et rénover des meubles. Ces cours et ateliers se veulent très participatifs, mettant les talents de chacun à l’œuvre pour produire des biens essentiels.

«Notre vie est bien remplie et combien gratifiante, dit-elle. Le plaisir de travailler à se nourrir et d’échanger avec nos voisins nos surplus alimentaires dans une nature florissante, c’est quelque chose… Et avec nos trois bergers Picard qui font la garde du domaine pendant que Monsieur Henri, le chat, fait sa ronde, nous sommes comblés!»

info@microfermeretourauxsources.ca

www.facebook.com/microfermeretourauxsources

Denise St-Germain, correspondante bénévole du Haut-Saint-Laurent.

Suzanne Hotte, photographe

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.