Nouvelles

Un surplus qui risque de fondre vite à Saint-Anicet

Le 6 mai dernier, les membres du conseil municipal de Saint-Anicet se réjouissaient du fait que la municipalité avait généré un surplus de 244 763$ pour l’année 2018. Ils risquent toutefois de devoir déchanter car ce beau surplus fondra rapidement avec les indemnités de départ de certains employés dont devra s’acquitter la municipalité en 2019.

 

On se souviendra que le 4 mars dernier, les membres du conseil avaient adopté unanimement une résolution qui visait à corriger l’indemnité de départ de la directrice générale ou du directeur des Travaux publics. Cette résolution leur accordait, en guise d’indemnité de départ, un mois supplémentaire de salaire pour chaque année de service.

Coup de tonnerre car suite à cette résolution, ces deux cadres se sont empressés de donner leur démission. Il s’agit de la directrice générale qui compte 18 années de service avec la municipalité et du directeur des travaux publics, lequel en compte quatre. On estime que la municipalité devra ainsi débourser dès cette année quelque 150 000$ à la seule fin des indemnités de départ de ses employés.

Et la municipalité de Saint-Anicet n’en restera pas là car d’autres dépenses viendront gruger d’autant ce beau surplus. D’abord, elle a mandaté un professionnel pour établir le carnet de santé de l’église afin de prévoir les réparations à venir. Rappelons ici que la municipalité est propriétaire du bâtiment patrimonial et centenaire, ainsi que de l’ancien presbytère appelé Maison des organismes. Un mandat a aussi été donné à un architecte pour la rénovation et l’agrandissement de cette dite Maison des organismes.

Les propriétaires riverains de canaux à Saint-Anicet se plaignent d’un envasement progressif, bien que le faucardage soit réalisé chaque année dans certains de ces canaux. Le dragage des canaux, qui constituerait une solution à ce problème, est toutefois régi par le ministère de l’Environnement et pourrait s’avérer d’autant plus dispendieux que la municipalité compte 18 canaux sur son territoire. Une rencontre avec les propriétaires riverains est prévue en mai.

Miscellanées

On ne parle plus guère de la problématique des chemins privés, 30% des propriétaires à Saint-Anicet demeurent en bordure de chemins privés et doivent conséquemment payer pour l’entretien de ces chemins. La dernière fois que la municipalité a municipalisé un chemin privé, c’était il y a 20 ans.

On a appris la semaine dernière que les frères Vincent avaient vendu leur marché Tradition dans le village. On les aimait bien, cela faisait 8 ans qu’on les côtoyait. Les nouveaux propriétaires seront sur place dès le 12 mai.

Avec l’été, les gens profiteront de la douceur du lac Saint-François et Saint-Anicet redeviendra le paradis de la MRC du Haut-Saint-Laurent, comme aime à le répéter son maire Gino Moretti…

Denise St-Germain, correspondante bénévole du Haut-Saint-Laurent.

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.