Nouvelles

Une battante avec le cœur sur la main

Lorsqu’elle est née à la crèche de La Miséricorde en 1961, rien ne laissait entrevoir qu’elle dirigerait un jour l’un des organismes phare du Haut-Saint-Laurent. Sa naissance partait peut-être du mauvais pied mais, cette fois-ci, le hasard a bien fait les choses.

« Mes parents m’ont choisi parmi tous les enfants de la pouponnière car j’étais la seule à leur avoir souri, explique Renée Guernon, la dynamique directrice du Centre de formation Huntingdon. Autre chose qui les a convaincus de me choisir, c’est le fait que j’avais les yeux verts comme mon père adoptif, de descendance irlandaise. »

C’est de cette façon que le poupon de 11 mois appelé alors Nancy – on lui donnera ses nom et prénom actuels en 1962 – passe de la grande ville au ‘’village’’ de Sainte-Agnès-de-Dundee, une minuscule agglomération rurale située à un jet de pierre de la frontière américaine. « J’y ai passé une belle enfance, se souvient Renée Guernon. On allait de maison en maison, les portes n’étaient jamais barrées et on jouait même en plein milieu de la rue. Tout le monde se connaissait, d’autant plus que j’y avais quatre oncles et tantes, sans parler de grand-maman. J’ai fait tout mon primaire à la petite école, devenue aujourd’hui l’Hôtel de ville. »

Son père, appelé lui aussi René, est alors une véritable dynamo : en plus de distribuer les pains Grant’s aux alentours, il est aussi propriétaire de deux autobus scolaires et d’un petit commerce où il vend pains, gâteaux et biscuits. Sa mère Anita, ex-douanière et enseignante, s’occupe de la maison… et de sa fille adorée.

À 12 ans, le destin manque une autre fois de faire basculer sa vie. Un bête accident d’automobile survenu devant la résidence familiale la laisse avec le bassin fracturé. « On devait souper ce jour-là chez mon oncle Georges Lefebvre, médecin à Huntingdon, se rappelle Renée. C’est là que l’on a constaté la gravité de ma blessure, j’étais incapable de me lever et de marcher. Je me suis évanouie et réveillée deux jours plus tard à l’hôpital, alors situé à Huntingdon. » Elle y passera plusieurs mois. C’est la fin de sa carrière pour cette joueuse de ballon-balai – et de tout autre sport – pour plusieurs dizaines d’années. Mais heureusement, sa vitalité proverbiale lui permet de reprendre vite le dessus.

Le Centre est comme une grande famille, pour les apprenants et les bénévoles qui le fréquentent.

Elle s`inscrit au CEGEP de Valleyfield à 17 ans en technique de garde. Elle veut absolument devenir éducatrice en garderie. Pendant deux étés, elle est responsable du premier camp de jour pour les enfants de six à dix ans de Dundee. Après ses études, elle est engagée à la garderie Kaléidoscope de Huntingdon et y travaille pendant cinq ans, avant d’en être nommée directrice par intérim. Quelques années plus tard, une belle opportunité d`emploi se présente : il s’agit de diriger une agence de garde en milieu familial qui reste à être mise sur pied dans la MRC du Haut-Saint-Laurent. « Il a fallu que je parte de rien, se souvient Renée Guernon. Au début, il n’y avait aucun enfant d’inscrit. Je suis allé les chercher un à un. Lorsque j’ai quitté 16 ans plus tard, notre service de garde comptait quelque 300 enfants ! »

« Renée est une personne impliquée et très proactive, dit Geneviève Couture, directrice d’Ancre & Ailes, un organisme communautaire d’Ormstown. Lorsque je la rencontre sur un conseil d’administration ou l’autre, elle trouve toujours une solution au problème. Elle a en outre un excellent réseau de personnes-ressources et peut toujours suggérer le nom d’une personne ou d’une entreprise pour régler un problème. »

2006 est une année noire pour sa famille, qui s’est enrichie au fil des ans de deux filles, Arielle et Magali. À l’instar de centaines d’autres, son mari Gaétan perd son emploi dans l’une des usines de la Cleyn & Tinker. Quelque temps plus tard, il se blesse gravement en tombant d’un toit. Le médecin lui impose un arrêt de travail complet pendant deux ans. Vieillissante et malade, sa mère vient vivre avec eux dans leur belle grande maison du chemin Smith, à Saint-Anicet. Tout ça pour dire que les journées de la battante qu’est Renée Guernon sont fort chargées. Heureusement, son bon mari lui donne un précieux coup de main. « Je suis chanceuse, dit-elle car c’est lui qui fait la cuisine, la vaisselle et qui passe l’aspirateur. »

C’est en 2012 qu’elle arrive à la tête du Centre de formation Huntingdon. « Comme le Centre était fermé pendant l’été et que c’était plus près de chez moi, cela me convenait parfaitement, explique-t-elle. Je pouvais ainsi mieux m’occuper de ma mère. » Chaque matin, elle tente néanmoins de se trouver un petit moment pour marcher quelques minutes avec son chien Shadow, un Goldendoodle frétillant de vie, avant d’aller au Centre.

Mais son travail n’est pas une sinécure pour autant. Les quelque 90 personnes qui fréquentent annuellement le Centre ont des besoins très variés : alphabétisation, mathématiques, français, anglais langue seconde, atelier d`écriture, atelier d’art, aide aux devoirs, etc. Évidemment, tout ça se fait dans la bonne humeur, notamment grâce aux nombreux bénévoles qui n’hésitent pas à donner de leur temps. L’atmosphère familiale qui règne au Centre aide aussi beaucoup à l’apprentissage. Chacun y va à son rythme. << C’est au Centre que j’ai appris à lire et à écrire, dit Yvonne Robichaud, qui fréquente le CFH depuis plusieurs années. Aujourd’hui, je suis beaucoup plus autonome et je dis merci à ma belle Renée qui a fait un impact positif dans ma vie. >>

Elle n’est pas la seule à penser ainsi. « Renée est super dévouée et elle a sa communauté particulièrement à cœur, ajoute Rémi Pelletier, coordonnateur de la Corporation de développement communautaire du Haut-Saint-Laurent à Huntingdon. Elle veut bien faire les choses et a le souci de la justice. Elle a un amour évident pour les bénévoles qui travaillent avec elle et elle est toujours présente quand on a besoin d’elle. »

Stéphanie Lalonde

Correspondante bénévole du Haut-Saint-Laurent

(Ce texte a été écrit par une participante de l’atelier d’écriture animé par André Lachance au Centre de formation Huntingdon.)

7 Commentaires

Jeannie 14 avril 2019 at 10 h 39 min

Well done, Stephanie! I am impressed.

Répondre
Xenia Halmov 12 avril 2019 at 12 h 06 min

Bravo Stéphanie, tu as une belle plume, je suis fière de toi!

Répondre
Stéphane Forget 10 avril 2019 at 20 h 19 min

Tellement fière de toi mon amie Renée ! Bravo pour cet article Stéphanie !

Répondre
Rémi Pelletier 10 avril 2019 at 8 h 43 min

Wow, super texte!

Répondre
Marcel lalonde 10 avril 2019 at 6 h 30 min

Bravo Stéphanie pour ton reportage

Répondre
June 9 avril 2019 at 21 h 32 min

Wow! Beau texte Stéphanie!
Merci M. Lachance pour votre engagement et bon travail au centre de formation.
Bravo ma cousine Renée! Je suis très fière de toi.

June Mc Cabe

Répondre
Denise St-Germain 9 avril 2019 at 14 h 29 min

Bravo à Stéphanie Lalonde, Renée Guernon et André Lachance!

Répondre

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.